vendredi 13 décembre 2013

Deux personnalités pentecôtistes africaines d'exception : Denis Mukwege et Esther Madudu

Le Dr Denis Mukwege (source wikipedia)
Lorsque le pentecôtisme africain est évoqué dans les médias occidentaux, c'est souvent par le biais d'articles sur des convertis évoluant dans la sphère politique, notamment au plus haut niveau de certains Etats (comme cela a été le cas en Côte d'Ivoire avec les époux Gbagbo) ou sur les richissimes prédicateurs nigérians de la "théologie de la prospérité". Toutefois, c'est aussi, depuis quelque temps, grâce à la mise en lumière de diverses personnalités à l'envergure exceptionnelle quant à leur engagement humanitaire, comme le désormais célèbre chirurgien et gynécologue congolais Denis Mukwege qui contribue à "réparer" (pour reprendre le terme utilisé par la journaliste Colette Braeckman dans le titre de son ouvrage consacré au médecin congolais) les milliers de femmes victimes des atroces violences sexuelles au Sud-Kivu (pour en savoir plus au sujet du Dr Mukwege, voir entre autres, cette note publiée par Sébastien Fath sur son blog). 

Esther Madudu (Sources AMREF)
Un récent article du Parisien, signé par Philippe Martinat et intitulé "L'ange des bébés africains", présente, lui, une autre de ces figures pentecôtistes dont l'engagement mérite d'être souligné : l'Ougandaise Esther Madudu. L'action de cette chrétienne "profondément croyante" (comme le souligne l'article) envers les nourrissons et les mères africaines, par ailleurs porte-parole de la campagne Stand Up for African Mothers mise en place par l'African Medical and Research Foundation (AMREF, les "Flying doctors"), a incité l'ONG en question à appuyer la candidature d'Esther Madudu au prix Nobel de la Paix 2015 comme "représentante de toutes les sages-femmes africaines" (voir son portrait sur le site de l'AMREF ; voir aussi ici pour un compte-rendu de la venue d'Esther Madudu à Paris le 25 novembre dernier à l'occasion de la Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux femmes)...

Article mis à jour le 17.12.2013

lundi 9 décembre 2013

Diversité et recomposition du protestantisme à Paris

A signaler : un colloque qui s'avère passionnant (et auquel je ne pourrai sans doute malheureusement pas assister), organisé les 15 et 16 janvier 2014, par Gwendoline Malogne-Fer (GSRL) et Yannick Fer (CNRS, GSRL), explorant le thème de la diversité et des recompositions du protestantisme parisien.

vendredi 22 novembre 2013

"Joseph Djan, taxi prêcheur", un article sur le site www.lepoint.fr

A signaler, cet article publié aujourd'hui sur le site www.lepoint.fr. Intitulé : "Joseph Djan, taxi-prêcheur" qui présente l'histoire étonnante d'un pasteur évangélique d'origine ghanéenne, chauffeur de taxi à New-York... 
"Faute de vision, le peuple vit sans frein", dit la Bible. Mais ne parlez pas de ce proverbe à Joseph Djan, pasteur évangélique à Brooklyn. Ses freins fonctionnent très bien, et il est plus que déterminé à en faire profiter son prochain. Quatre à cinq jours par semaine, le religieux troque sa robe contre des vêtements plus "appropriés". Contact allumé, oreillette bien calée et GPS en marche, il arpente les artères de la Grosse Pomme à la recherche de clients potentiels, et cela, douze heures par jour.
Né au Ghana, Joseph a découvert les États-Unis au début des années , après un passage compliqué en Europe. "J'ai quitté l'Afrique à cause de ses problèmes économiques", raconte-t-il : "J'ai d'abord tenté de refaire ma vie au Portugal, avant de m'envoler vers l'Italie. Mais la barrière de la langue était insurmontable." Son périple le mène donc de l'autre côté de l'Atlantique, où d'autres difficultés surgissent rapidement. Installé à Manhattan, il travaille d'abord comme mécano pour payer ses études. Mais ça ne suffit pas. Joseph loue alors une voiture et commence à jouer les chauffeurs de taxi : "J'avais toujours du mal à m'en sortir. À cette époque, je ne croyais plus en rien."

"Une église sur roues" 

Désespéré, il franchit à nouveau la porte d'une église. Une révélation. En marge de ses études, l'homme vit chichement et décide de consacrer son temps libre à la religion. Il lui faudra "trois ou quatre ans" pour retourner à son activité de chauffeur, totalement transformé. "À partir de ce moment, mon taxi est devenu une sorte d'église sur roues", explique-t-il. Les interminables avenues new-yorkaises sont toujours son terrain de jeu. Seulement, l'objectif est tout autre : "La plupart des gens qui entrent dans ma voiture ont de sérieux problèmes. Je ne saurais pas dire pourquoi, mais ma présence doit les rassurer, et ils se confessent très facilement. S'ils ne vont pas à l'église, mon devoir est de venir à eux."

mercredi 13 novembre 2013

Quelques lectures indispensables sur les églises issues de l'immigration africaine en Europe (2)


En Belgique aussi, les travaux se multiplient depuis quelques années sur ces églises. Il a déjà été question dans ce blog de la remarquable thèse de Sarah Demart soutenue en 2010 qui concerne pour partie le contexte belge, il faut signaler également la thèse de doctorat en anthropologie de Maïté Maskens qui, soutenue cette même année 2010, vient d'être publiée sous le titre : "Cheminer avec Dieu : pentecôtismes et migrations à Bruxelles" aux éditions de l'Université de Bruxelles. En voici la présentation par l'éditeur : 

mardi 12 novembre 2013

Quelques lectures indispensables sur les églises issues de l'immigration africaine en Europe (1)

Une des affiches prises en compte dans l'étude de B. Coulmont 
Si l'on s'intéresse au développement de ces églises en France et en Europe, on ne peut passer à côté de l'article du sociologue Baptiste Coulmont, publié en septembre dernier dans la Revue française de sociologie. Dans ce texte intitulé : "Tenir le haut de l'affiche : analyses structurales des prétentions au charisme", aboutissement d'un long travail d'élaboration déjà évoqué sur ce blog, l'auteur analyse, grâce aux outils fournis par la sociologie des réseaux, un corpus de 200 affiches recueillies pendant trois ans dans la région parisienne. C'est là une approche tout à fait novatrice et passionnante.

jeudi 7 novembre 2013

Quoi de neuf depuis plus d'un an?

Voilà déjà plus d'un an que je n'ai rien publié sur ce blog, pris par d'autres occupations et préoccupations.

Je vais tenter de rattraper un peu ce retard avec quelques informations de ces derniers mois relatives à des événements ou des publications concernant les thèmes abordés ici.


En premier lieu, alors que j'ai plusieurs fois critiqué sur ce blog le travail de certains journalistes français relatif au protestantisme évangélique, je serai plutôt élogieux envers l'ouvrage de Linda Caille, paru en tout début d'année 2013 sur le sujet. Certes, le titre choisi n'aura sans doute pas manqué de faire lever les sourcils à bon nombre d'évangéliques français en rappelant à leur (mauvais) souvenir le dossier proposé quelques années auparavant par le Nouvel Observateur, désignant la mouvance évangélique dans son ensemble comme "la secte qui veut conquérir le monde" (épisode polémique que Linda Caille évoque d'ailleurs dès les premières pages de son livre), mais ce serait dommage de s'arrêter là-dessus. En effet, une fois ouvert, l'ouvrage de Linda Caille n'a rien d'un pamphlet caricatural. L'auteur réussit même l'exploit de cerner de façon juste, claire et accessible les contours d'une mouvance éminemment complexe, en y mettant, par le biais de descriptions, de portraits et d'entretiens bien choisis, la "couleur" et la chaleur humaine qui manquent souvent dans les travaux universitaires. Linda Caille fait ressortir justement cette chaleur humaine qui constitue une des caractéristiques rendant particulièrement attractives ces communautés de foi, sans pour autant éluder les aspects plus négatifs lorsqu'elle donne la parole aux "déçus" des mouvements évangéliques. Un des rares bémols que je mettrais par contre à propos de ce livre concerne sa présentation un peu réductrice et "cliché" de la question beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît du "créationnisme" en contexte évangélique français (p. 137-139). Je renvoie sur cette question à la petite "mise au point" du pasteur pentecôtiste (et par ailleurs physicien) Benoît Hébert, cité dans l'ouvrage de Linda Caille :

A signaler également que Linda Caille publie désormais régulièrement des articles concernant le protestantisme évangélique sur un nouveau site d'informations religieuses en ligne de très bonne tenue : www.fait-religieux.com, avec, entre autres, des notices présentant certaines personnalités marquantes de la mouvance pentecôtiste charismatique contemporaine (Heidi Baker, David Yonggi Cho, Brian et Bobbie Houston) :